VULNERABILITE ET ADAPATATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR LE SECTEUR DE LA SANTE AU TOGO : UNE ETUDE SUR LE SUJET VALIDEE.

Un atelier de validation des résultats de l’étude de la vulnérabilité et de l’adaptation au changement climatique pour le secteur de la santé au Togo s’est tenu le mercredi 6 novembre à Lomé

L’atelier a été organisé par le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique avec l’appui de la GIZ à travers le projet de Renforcement du Système Sanitaire-Santé Reproductive et Droits Sexuels (Prosanté) qui vise la préparation du secteur de la santé à faire face aux impacts du changement climatique.

Le but est d’évaluer la vulnérabilité du secteur de la santé face aux effets du changement climatique. Une étude a été en ce sens menée. L’objectif de l’atelier est de valider le rapport provisoire de ladite étude dont les résultats ont été appréciés par les participants qui l’ont approuvés et validés. Ils se sont également accordés sur les recommandations issues de l’étude qui devront être pris en compte par les différents acteurs.

 Les étapes qui suivront la validation de cette étude sont :

 la dissémination des résultats de l’étude et l’élaboration d’une stratégie d’adaptation aux changements climatiques. Le directeur général de l’Action Sanitaire, Dr Béwèli Essotoma a salué les Officiels et participants ont posé pour une photo de famille réalisations du ministère allemand de la coopération et du développement (BMZ) dans le cadre de la coopération bilatérale entre le gouvernement fédéral d’Allemagne et la république du Togo.

Il a souligné l’importance de la question du changement climatique, puis déploré son impact négatif sur la santé humaine et l’environnement. L’intervenant a exhorté les participants à une participation active aux discussions afin de proposer un document qui permettra au Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique d’élaborer une bonne stratégie qui les aidera à prendre des mesures mettant les populations à l’abri des effets du changement climatique.

 Il a enfin remercié ProSanté de la GIZ pour son appui à la réalisation de cette étude.