Lancement du Projet de Protection des Obtentions Végétales dans les Etats Membres de l’OAPI à LOME.

L’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) en collaboration avec le gouvernement togolais a lancé, Ce lundi 23 septembre à l’hôtel du 2 février, le projet de « Renforcement et promotion du système de protection des obtentions végétales dans les Etats membres de l’OAPI », (Projet PPOV).

La cérémonie de lancement a été couplée de l’ouverture de l’atelier de formation des experts des Etats membres sur le système de protection des variétés végétales. Les officiels et participants ont posé pour une photo de famille Initié par l’OAPI, ce projet a bénéficié du financement de la Commission de l’UE et de l’appui du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

 Il sera exécuté en 24 mois dans 11 Etats membres dont le Togo et aura un impact certain sur l’ensemble des 17 Etats membres. Il vise à encourager l’utilisation du système de protection des obtentions végétales afin de stimuler la productivité agricole dans les Etats membres de l’OAPI.

 L’enjeu est de stimuler la productivité agricole, d’assurer la sécurité alimentaire et de promouvoir le développement durable. Prévue du 23 au 27 septembre, la formation des experts regroupe les acteurs de la filière de la recherche agricole et ceux de la production semencière du Togo et des seize autres Etats membres de l’OAPI. L’objectif est de renforcer les capacités des acteurs nationaux et régionaux en matière d’examen technique, de protection et de valorisation des obtentions végétales dans l’espace OAPI.

Le projet PPOV entre dans la mise en œuvre du plan stratégique 2018-2020 de l’OAPI. Il contribue à concrétiser deux axes majeurs dudit plan à savoir, la promotion de l’utilisation stratégique de la propriété intellectuelle pour le développement des Etats et le renforcement des capacités des ressources humaines en matière de propriété intellectuelle. Outre cette formation des experts, quatre centres d’examen des nouvelles variétés seront reconnus et accrédités par l’OAPI en Afrique et 510 personnes des 17 Etats membres de l’OAPI se verront initiées et formées aux politiques et stratégie efficiente de production, de valorisation et de commercialisation des obtentions végétales.

 Au cours des assises, les participants suivront des communications et des exposés sur des thèmes variés, entre autres, Recherche et valorisation du développement agricole en Afrique de l’Ouest, Clarification sur les différents systèmes dans le secteur semencier, Elaboration et utilisation des principes directeurs et des protocoles de l’examen de la distinction, de l’homogénéité et de la stabilité, et La problématique de la description des variétés végétales et constitution d’une collection de référence. Des tables rondes sur la formulation des grandes lignes de stratégies de valorisation à mettre en place par les centres de recherche et la diffusion et la commercialisation des semences pour les acteurs de la filière dans les Etats membres de l’OAPI sont également au programme.

Il est aussi prévu une visite de terrain avec l’Institut togolais de recherche agronomique (ITRA) sur son site.

 Le ministre du Commerce, de l’Industrie, du Développement du secteur privé et de la Promotion de la consommation locale, également vice-président du conseil d’Administration de l’OAPI, Kodjo Adedzé a salué cette initiative qui est un bel exemple des liens de coopération et d’amitié Nord-Sud qui intervient dans des domaines prioritaires et stratégiques que sont l’agriculture, la recherche et la propriété intellectuelle.

a précisé que le gouvernement togolais s’est engagé à travers l’axe stratégique 2 du PND 2018-2020 qui prône le développement des pôles de transformation agricole, manufacturier et d’industrie extractive et ceci dans le respect des règles environnementales. « Par cet engagement, le gouvernement marque sa volonté de poser les fondements durables de la transformation structurelle de l’économie pour permettre au Togo de cheminer progressivement vers l’émergence avec une croissance projetée à 7,6% à l’horizon 2022 », a-t-il confié.

 Il a salué la célébration le 13 septembre passé de la 20ème édition de la journée de la technologie et de la propriété intellectuelle qui a permis d’attirer l’attention de tous les acteurs du système de la propriété intellectuelle sur les efforts importants qui doivent être entrepris afin de développer des technologies appropriées et adaptées aux conditions et capacités locales.

 Pour le directeur général de l’OAPI, Denis Bohoussou, la propriété intellectuelle peut servir de moteur au développement agricole et donner une meilleure chance à l’agriculture pour être compétitive dans l’espace OAPI et ailleurs. Selon lui, les obtentions végétales ne doivent pas être perçues comme une contrainte, mais un atout majeur pour la production agricole.

SAS