La Russie et l’ Afrique supposer que des ressources harnais pour une plus grande croissance économique, Medvedev Tells actionnaires Afreximbank

L’ Afrique et la Russie doivent exploiter leurs ressources immenses pour favoriser un plus grand avenir économique pour leur peuple, Dimitri Medvedev, Président du Gouvernement de la Fédération de Russie, a déclaré hier à Moscou. 

M. Medvedev, qui déclare ouverte l’assemblée générale annuelle des actionnaires de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), tenue dans le cadre des Assemblées annuelles 2019 de la Banque, a noté que l’Afrique et la Russie ont représenté la moitié des ressources du monde. 

Il a dit que, bien que la présence de la Russie en Afrique avait affaibli dans les années 1990, le pays avait depuis lors fait beaucoup de terrain sur des projets communs en géologie et des mines, l’énergie, l’industrie, l’agriculture, la pêche et les télécommunications. 
« Nous faisons la promotion de liens humanitaires, à la fois dans le cadre de l’aide internationale au développement global de l’Afrique et sur une base bilatérale », a ajouté M. Medvedev. « Dans cette nouvelle ère de la coopération russo-africaine, le Gouvernement de la Fédération de Russie fera tout ce qui est en notre pouvoir pour rendre notre partenariat un succès ». 

Il a déclaré que la mondialisation a changé la croissance des pays en développement, ce qui rend l’Afrique un partenaire plus important pour la Russie, ajoutant que l’Afrique pourrait puiser dans les vieux de plusieurs décennies d’affaires et de l’expertise industrielle de la Russie pour renforcer les capacités nationales et exploiter les opportunités. 

Dans son adresse, le professeur Benoît Oramah, Président de Afreximbank, a appelé les partenaires de tous les coins du monde qui partagent la vision d’un continent africain et progressiste de Afreximbank à « unir leurs forces avec nous pour faire avancer un nouvel agenda pour l’Afrique » . 

« La Fédération de Russie représente l’un de ces partenaires que l’Afrique regarde jusqu’à », a déclaré le président Oramah. La Russie pourrait être une source de biens d’investissement que l’Afrique avait besoin pour développer ses infrastructures et pourrait transférer les technologies critiques dans la numérisation et l’exploitation minière et la transformation des matières premières. Il pourrait également être une source de non générateurs d’endettement des investissements dans des domaines clés, tels que le rail, l’aviation, la santé et la pétrochimie. 

« Les relations internationales traditionnelles du continent africain changent rapidement que nous forgeons des liens toujours plus étroits avec les partenaires émergents qui sont désireux d’aider le développement économique de l’Afrique grâce à des investissements sectoriels et de l’infrastructure à travers le continent et embrasser toujours plus forts liens commerciaux », at-il dit. 

« La Russie, en particulier, est de forger une nouvelle relation avec l’Afrique, tout comme les autres partenaires émergents Sud-Sud, qui, parallèlement à l’Accord de libre-échange continentale africaine, me donne une grande confiance que l’Afrique est bien placée pour monter cette ère de mondiale les tensions commerciales qui menacent de nuire à d’autres économies continentales « . 

Il a dit que « Une Afrique renaissante est un voyage de transformation de l’industrialisation et de diversification pour faire en sorte que nous ne sommes pas trop dépendants de nos produits et de vastes réserves de ressources naturelles. Nous sommes annonciateurs d’une nouvelle ère du commerce intra-africain et le commerce mondial et les relations d’investissement qui renverseront les contraintes historiques LIMITER la croissance passée et le développement des économies africaines ». 

Des liens plus étroits entre l’Afrique et la Russie sont attestés par le partenariat entre Afreximbank et l’exportation Centre russe, adopté en Décembre 2017, qui a établi une plate-forme institutionnelle réussie Russie-Afrique. Cette plate-forme donne déjà sa promesse avec un tel succès que la fourniture d’engrais vital à la Zambie et le Zimbabwe, la mise en œuvre des projets miniers avec une capacité de traitement à valeur ajoutée en Sierra Leone, la participation à l’infrastructure ferroviaire de l’Afrique et la mise en place des usines pétrochimiques en Angola et le Nigeria. 

Amb. Albert Muchanga, commissaire chargé du commerce et de l’industrie de la Commission de l’Union africaine, a adressé un message de bonne volonté au nom du Président de la Commission. 

Plus de 100 intervenants, dont les ministres, les gouverneurs des banques centrales, experts en la matière, les chefs d’entreprise, des représentants d’organisations commerciales internationales, les agences de crédit à l’exportation, des spécialistes du développement du commerce africain et mondial, et des universitaires, a parlé au cours des trois jours de réunions, qui a ouvert le 20 Juin. Les Assemblées annuelles ont porté sur le thème « Tirer parti des partenariats émergents dans l’ère de la hausse Protectionnisme ». 
Les Assemblées annuelles également en vedette le séminaire et la réunion du Groupe consultatif sur le financement du commerce et le développement des exportations en Afrique, qui a couru jusqu’au 21 Juin; la séance à huis clos de l’Assemblée générale annuelle des actionnaires le 22 Juin; le lancement du Rapport sur le commerce africain 2019; le lancement de la stratégie d’exportation Afreximbank Sociétés Commerciales; et un programme d’une demi-journée d’activités consacrées à la coopération d’investissement Russie-Afrique. Un certain nombre d’accords commerciaux sont également en cours de signature à l’événement. 
La marque 2019 réunions la deuxième fois qu’ils ont lieu en dehors de l’Afrique. Les Assemblées annuelles 2012 a eu lieu à Beijing.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*