L’AFD renouvelle son soutien à la ville de Lomé pour la gestion des déchets urbains.

Le ministère de l’Economie et des finances, l’ambassade de France et l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé ce 16 mai 2019, une convention de financement de la phase 3 du Projet Environnement Urbain à Lomé (PEUL III). Cette nouvelle subvention de 14 millions d’euros de la France permettra de consolider les actions du PEUL I et II sur la filière des déchets solides. Notamment, sécuriser l’environnement de l’ancienne décharge d’Agoè nyivé, mettre en œuvre les mesures d’amélioration des performances de la filière des déchets et renforcer les capacités administratives et financières de la mairie de Lomé.

Préserver et sécuriser le cadre de vie des populations

Par l’accord signé ce jeudi 16 mai 2019, l’AFD met à disposition de la mairie de Lomé, une subvention de 14 millions d’euros – soit environ 9,2 milliards FCFA – visant à consolider les actions du programme d’aménagement de la ville (PEUL I et II). Baptisée PEUL III, cette troisième phase du projet se décline en deux volets essentiels :

  • la composante 1  2/3 du financement serviront à améliorer la salubrité urbaine, par la mise en sécurité  environnementale de l’ancienne décharge d’Agoènyivé et à mettre en œuvre les mesures d’optimisation de la filière Déchets par des actions de valorisation, de recyclage et de diminution des volumes de déchets transportés et enfouis ;
  • la composante 2 ciblera le renforcement des capacités administratives et financières de la mairie et la mise en œuvre de mesures d’amélioration de la mobilisation de ses ressources financières en particulier par l’augmentation de son assiette fiscale et une amélioration des taux de recouvrement.

Le Projet environnement urbain à Lomé (PEUL)

Depuis 2006, l’AFD accompagne la municipalité de Lomé pour l’amélioration de sa gouvernance et des performances de sa filière de gestion des déchets. Grâce aux projets PEUL I et II, les filières de collecte et précollecte des déchets ont été restructurées, des points de regroupement intermédiaires ainsi qu’un centre d’enfouissement technique moderne à Aképé ont été construits.

Dans la continuité du PEUL I et II, le PEUL III contribuera à la diminution des pollutions environnementales, olfactives et visuelles, et du risque sanitaire pour les populations riveraines de la décharge d’Agoè-Nyivé. Le projet vise également à optimiser la filière afin de limiter le coût de traitement des déchets par des actions de valorisation, de recyclage et de diminution des volumes produits, transportés puis enfouis. Enfin le projet contribuera à renforcer durablement les capacités de la Commune puis des collectivités de la capitale à financer les services publics qui sont de leur compétence, particulièrement celui de la gestion des déchets.

« Cette phase du projet va enfin permettre à la mairie de renforcer ses actions en vue de la mise en place d’une hiérarchie des modes de gestion des déchets plus efficace, en finançant notamment des initiatives de valorisation et de recyclage des déchets collectés », a déclaré le directeur de l’AFD Lomé, François Jacquier-Pélissier.

Les signatures ont eu lieu au Centre administratif et des services économiques et financiers (CASEF), à Lomé, en présence du ministre de l’Economie et des finances (MEF), Sani Yaya, de l’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy, et du directeur de l’AFD Lomé, François Jacquier-Pélissier. Un accord de rétrocession de fonds a été également  signé à cette occasion, entre le MEF et la Commune de Lomé – le bénéficiaire final du financement, en charge du déploiement des activités – représentée par le président de la Délégation spéciale de la Commune de Lomé, le contre-amiral Fogan Adégnon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*