Togo: La CINU Commémore le 25e anniversaire du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda.

 

Le Centre d’Information des Nations Unies(CINU) au Togo, dans le cadre de la célébration du 25ème anniversaire du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda a initié ce mercredi 10 Avril 2019 dans ses locaux une conférence-débat avec la presse, axée sur le thème : « Rôle des médias dans le génocide et les dangers de la xénophobie du racisme et de l’intolérance »

Au cours de cette rencontre, l’occasion a été pour la responsable des lieux Nadia Zibilila de faire lecture du message publié en date du 7Avril 2019 du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, à l’occasion de ce 25e anniversaire.

« Alors même que nous réaffirmons notre détermination à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, nous voyons la xénophobie, le racisme et l’intolérance gagner dangereusement du terrain dans nombreuses régions du monde. La prolifération des discours de haine et des incitations à la violence est particulièrement préoccupante. De tels comportements sont un affront à nos valeurs et une menace pour les droits de la personne, la stabilité sociale et la paix. Il faut savoir reconnaître, quand ils surviennent, les discours de haine et les incitations à la violence, s’y opposer et y couper court afin qu’ils ne conduisent pas aux crimes de haine et au génocide, comme ils ont pu le faire dans le passé » Antonio Guterres.

Pour lui, afin de préserver la paix et la cohésion sociale,  il est temps de demander à tous les « dirigeants politiques, chefs religieux et représentants de la société civile, hommes et femmes, de dénoncer les discours haineux et la discrimination et de s’attaquer et remédier énergétiquement aux maux qui, fondamentalement, nuisent à la cohésion sociale et créent un climat propice à la haine et à l’intolérance« .

Au-delà de cette lecture, une projection du film « Hôtel Rwanda » qui retrace ce génocide s’en est suivi d’un débat Col-animé par  Madame Nadia Zibilila et le professeur Magloire Kuakuvi.

Ces derniers ont tenu à clarifier aux journalistes présents circonstances de ce génocide, ainsi que le rôle néfaste joué par les journalistes dans ce chapitre sombre de l’histoire contemporaine.

C’est le lieu d’attirer l’attention de ces derniers sur la responsabilité des différents messages qui passent.

Il faut noter que plus de 800 000 personnes, en très grande majorité des Tutsis, mais aussi des Hutus modérés et d’autres opposants au génocide, ont été exterminées de manière systématique en moins de trois mois.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*