OPERATION DE SALUBRITE PUBLIQUE A AGBATA-ALLAGLO.

 

Aného,  La population du village d’Agbata-Allaglo, à 24 km à l’ouest d’Aného, a effectué le samedi 9 février, une opération de salubrité publique, dans le cadre de la mise en œuvre de l’opération « Togo Propre » instaurée par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

Munis de balais, de râteaux, de houes, de machettes et d’un tricycle motorisé pour le ramassage des ordures, les habitants massivement sortis ont entretenus sur près de cinq kilomètres la principale voie d’accès et ses abords immédiats jusqu’à la jonction avec la route nationale N° 2.

A leur tête, le préfet des Lacs, Datè Bénissan-Tétévi, le chef du village, Togbui Togouna Allaglo III et le président du Comité Villageois de Développement (CVD), Noël Allaglo, la population a désherbé, balayé, ramassé les ordures afin de rendre propre et attrayant le village. Une occasion pour le préfet de saluer le civisme et la détermination des habitants du village à respecter le mot d’ordre du président de la République en matière d’assainissement national. Il a indiqué que la propreté dans chaque milieu éloigne des habitations les mouches, les cafards, les moustiques et d’autres insectes nuisibles ainsi que les rats et les reptiles tous vecteurs de maladies et parfois de mort. Selon lui, le fait d’entretenir son habitation et son quartier est un signal pour la jeunesse, à copier les bonnes habitudes ancestrales et à éloigner d’eux la paresse et l’oisiveté pour construire un

Togo engagé sur la voie du développement durable.

  1. Bénissan-Tétévi, a encouragé le CVD d’Agbata-Allaglo ainsi que d’autres CVD de la préfecture des Lacs à jouer leur partition en mobilisant la population chaque premier samedi du mois et tout autre samedi dès que les déchets s’accumulent. Il a par ailleurs sensibilisé l’assistance sur l’établissement des actes de naissance aux enfants, leur scolarisation, la promotion du vivre ensemble dans la paix, la tolérance et la paix.

Le chef du village et le président du CVD ont félicité le préfet pour son sens du devoir, sa disponibilité à les accompagner à la base. Ils ont présenté des doléances relatives au rétablissement des réserves administratives morcelées et vendues par des autochtones véreux, l’absence d’école primaire, de CEG et de lycée publiques dans le milieu.

Ils ont encouragé l’Etat à tout faire pour la conservation et la sauvegarde de la forêt classée « Assévé » de plus de 50 ha dans le milieu.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*